Environnement

30% des besoins électriques de l’île de Tahiti sont assurés avec une énergie propre et renouvelable. EDT ENGIE exprime une volonté forte de concilier ses aménagements hydroélectriques et la préservation de l’environnement ainsi que de la biodiversité aquatique des cours d’eau polynésiens.

Dans le cadre de ses actions, EDT ENGIE organise régulièrement des journées portes ouvertes de ses centrales hydroélectriques pour le grand public, les établissements scolaires ainsi que pour les institutionnels. Il soutient par ailleurs l’association Tuihana de Raiatea qui œuvre pour la protection de la biodiversité.

EDT ENGIE est également sensible à la conservation du patrimoine culturel et naturel de la vallée de la Papenoo. Ainsi, il accompagne l’association Haururu et participe au plan de renouvellement et de rénovation du site Fare Hape suite au passage du cyclone OLI. Enfin, il soutient l’association Manu qui a remportée en 2014 le concours lancé par BirdLife International, le premier BirdLife People’s Choice Award for Conservation.

Concilier hydroélectricité et préservation de la biodiversité en rivière

Le développement durable, garant de la protection et de la conservation des ressources naturelles, est une des priorités de Marama Nui, filiale de EDT ENGIE, inscrite dans sa charte interne. A ce titre, un programme en partenariat avec le Criobe (Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement) et le cabinet d’expertise environnementale Trebaol a été lancé en 2012 afin de concilier son activité et l’environnement des vallées.

Ce premier programme, d’une durée de trois ans, vise à comprendre le fonctionnement des espèces peuplant la vallée de la Vaihiria – qui produit à elle seule 10 % de l’énergie hydro-électrique de Tahiti – dans le but de les préserver. Une étude de la faune présente dans la rivière et le lac a ainsi été réalisée. Elle a permis de déterminer la densité des populations, l’état des habitats et l’impact éventuel des ouvrages hydroélectriques.

Les résultats, validés par le CRIOBE, ont montré que le fonctionnement de la vallée jusqu’au lac bleu était tout à fait normal et encourageant.

Relache anguilles lac vaihiriaUne diminution marquée des populations d’anguilles dans le lac Vaihiria a cependant été remarquée sans que l’origine ne puisse en être totalement déterminée. S’agissant d’un élément à part entière du patrimoine polynésien et constituant la source de nombreuses légendes et traditions, Maramui Nui a lancé en 2013 un programme de préservation des anguilles de cette zone lui permettant ainsi de :

  • Relâcher 130 anguilles juvéniles dans le lac, prélevées en basse vallée,
  • Mettre en place un plan de recherche et d’aménagement afin de réduire l’impact des barrages.
  • Faciliter les cycles de montaison et de dévalaison des anguilles et autres espèces entre l’océan et la rivière, garantissant une continuité de la vie aquatique.

Ce programme de la vallée de la Vaihiria sera étendu aux autres vallées équipées en hydroélectricité dans les années à venir. Depuis 2014, Marama Nui et le Criobe s’attachent à démarrer un projet similaire dans la vallée de la Papenoo.

Comments are closed