Portrait de Georges ATAPO, à Rurutu il est « Rapana »

Georges Apapo Rurutu sans casquette  Portrait - Copie

Avec son 1, 90 mètre et ses épaules larges comme une armoire, Georges Rapana Atapo a des allures de rugbyman Maori. Il pourrait en impressionner plus d’un, mais ses yeux pétillent de gentillesse et c’est vers lui que les habitants de Rurutu se tournent quand ils ont des questions sur leur électricité. 
Il les écoute avec attention et prend le temps nécessaire pour expliquer le pourquoi et le comment, « il faut être pédagogue et patient, car on répète souvent la même chose, surtout sur les mauvaises habitudes qui font consommer de l’électricité ».

Le rapport avec la clientèle il connaît bien, s’il est aujourd’hui chef de l’exploitation de Rurutu avec 3 agents, il a commencé en 1996 chez Electra à la relève des compteurs et aux factures.

Il a en charge la centrale, qui comporte 4 groupes et 74 km de réseaux électriques qui alimentent les 813 compteurs de l’île, « je n’ai plus trop de temps pour m’occuper de ma tarodière et aller à la pêche » dit-il sans grand regret, « on verra à la retraite, quand les enfants seront grands ».

Pour Rapana, travail et famille sont ses les deux priorités de sa vie aujourd’hui. Son fils aîné est en BTS à Tahiti et sa cadette est au collège à Rurutu. « Avec ma femme, nous avons tenu à avoir des règles de vie que les enfants ne comprenaient pas toujours, par exemple nous mangeons ensemble le matin et le soir, nous parlons, c’est important.

Mon fils qui est revenu pour les vacances m’a dit récemment : je comprends maintenant certaines choses que tu nous disais… ça m’a fait chaud au cœur ! ». Quant à sa fille, elle veut être électricienne comme son père, mais là aussi la sagesse de Rapana lui fait dire : « regarde la vie autour de toi, tu trouveras seule ce qui va t’intéresser.». 
Rapana est conscient de la chance qu’il a de pouvoir travailler sur son île : « ça ne sera peut-être pas possible pour mes enfants… Mais je sais qu’ils reviendront sur notre île dès qu’ils pourront ».

Comments are closed