Portrait métier : Heiarii Dauphin, un homme de convictions et d’engagement

Heiarii Dauphin - Actu

Heiarii a rejoint la délégation aux ressources humaines d’EDT en 2008, au service paye. Même si son bac électrotechnique le menait naturellement vers EDT, ce n’est pas dans la technique qu’il souhaitait s’investir mais dans un travail en relation avec les gens. Car son histoire personnelle a été profondément marquée par les deux années qui ont suivi son Bac. En effet, par conviction religieuse, il est parti enseigner au Nicaragua : « Je ne savais pas ce qu’était la pauvreté, le dénuement total, ce fut un choc, ça m’a forgé le caractère. ». De retour à Tahiti il rencontre la femme de sa vie et accepte un poste d’instituteur de remplacement car, ensemble, ils veulent fonder un foyer. Durant ces années d’enseignement, Heiarii s’est forgé une conviction: « On n’échoue pas parce qu’on est idiot, mais parce qu’on n’a pas été formé. »

Mais Heiarii ne perd pas de vue son idéal professionnel : la relation humaine. Aussi, il s’inscrit au SEFI pour bénéficier d’une formation spécialisée d’un an. Quand une petite annonce pour un poste au sein des RH d’EDT sort, il se prépare comme un sportif avant la compétition et il obtient le poste.

Le sport prend une part importante dans sa vie : « c’est une école de volonté, de challenge. À un moment où je me suis laissé aller physiquement avec une prise de poids excessive, je me suis repris en main en perdant 26 kilos. ». C’est à cette période qu’il a décidé d’approfondir ses connaissances sur l’hygiène de vie d’une manière générale, ce qui englobe pour lui le sport, l’alimentation, mais aussi le bien-être psychique. Heiarii anime maintenant un cours de cardio-training, deux fois par semaine, pour les employés d’EDT qui en sont ravis.

À 35 ans, Heiarii est père de deux enfants, une fille de 9 ans et un garçon de 6 ans. Il leur consacre du temps : « Le bien-être de ma famille est mon objectif numéro 1, mais quand je dis « bien-être », je ne parle pas des biens matériels, mais des vraies valeurs qui équilibrent un foyer. Je veux que mes enfants soient bien dans leur peau, sains, je veux être un exemple pour eux. ». Aujourd’hui, son vœu serait d’évoluer au sein d’EDT vers un travail plus commercial, pour être encore plus en contact avec le public : « Oui, j’aime la culture du service public, elle correspond à mes convictions profondes. »

 

Comments are closed