Portrait métier : Le dépannage

Métier dépannage 1

Avec 2311 interventions en 2016, les 6 équipes de dépannage d’EDT ENGIE ne chôment pas, d’autant plus qu’elles doivent – afin de respecter la charte de service qu’EDT ENGIE a mise en place – intervenir en moins de 4 heures. L’efficacité est au rendez-vous puisque la moyenne du délai d’intervention a été de 1h 31 en 2015. En étudiant les chiffres des trois dernières années, nous constatons qu’ils sont sensiblement les mêmes, à cela une explication : la procédure.

Métier dépannage 2

Ainsi, si un particulier a demandé un dépannage et qu’il n’est pas à son domicile lorsque l’équipe arrive, le chef, après s’être assuré du bon état du branchement, cherche à  joindre le client puis prend la décision d’intervenir sur le prochain dépannage pour ne pas perdre de temps. L’équipe de dépannage  reviendra vers le premier client dès qu’elle aura pu le joindre et fixer un autre rendez-vous. Patience et rigueur sont les qualités nécessaires pour ce métier de dépanneur.

Chez les particuliers les causes de pannes sont généralement dues à :

1-   Un disjoncteur en fin de vie ; l’équipe fait alors le remplacement au titre de la prime d’abonnement ;

2-   Un appareil qui crée un court-circuit ; le disjoncteur est alors vérifié et, s’il n’est pas en cause, c’est un problème à l’intérieur de la maison, donc du ressort du client qui devra prendre contact avec un électricien.

3-      Un dépassement de puissance : un nouvel appareil de trop forte puissance pour l’installation ou un appareil vieillissant (le compresseur d’un congélateur ancien par exemple) qui provoque un déclenchement intempestif.

Les réparations effectuées par l’équipe d’EDT ENGIE peuvent être définitives ou provisoires. Si, par exemple, ce sont des câbles souterrains qui sont défectueux, les agents vont réaliser une mise en sécurité et poser un réseau aérien provisoire (en posant des poteaux) . La réparation définitive interviendra dans un délai d’1 mois maximum.

Sur le réseau (basse tension et haute tension), les opérations de dépannage se font sur des câbles aériens ou souterrains. Les câbles aériens sont malmenés lors d’intempéries par exemple, souvent par des chutes d’arbres (plus de 50% des causes des coupures), mais aussi parfois lors d’accidents de la route. Les termites jouent également un rôle sur certaines zones et le remplacement progressif des poteaux en bois termités par des poteaux en fibrociment permet de restaurer le réseau aérien. L’utilisation de nacelle est venue remplacer les traditionnelles grimpettes (voir photo) ou échelles emboîtables, mais elles restent parfois incontournables et c’est étonnant de voir l’agilité de certains agents (pas forcément les plus jeunes ni les plus minces !) lors de l’ascension des poteaux. La sécurité est essentielle et là également les procédures de sécurité relatives aux équipements (harnais de sécurité, casque d’électricien, gants, stoppe chute, etc.) sont obligatoires. Les interventions sur câbles enterrés sont souvent plus complexes et comportent également une certaine dangerosité, car les agents n’ont pas de visibilité pour localiser où se situe la panne. La portion de câble posant problème étant identifiée, elle est mise en sécurité et les agents du TCE (Télécommunication, Contrôle Electrique) avec leur camion laboratoire peuvent alors chercher le défaut.

EDT ENGIE fait appel à des sous-traitants agréés pour faire la fouille (la tranchée) à l’endroit détecté par le TCE. Une fois exposé, le câble révèle son problème, souvent une blessure réalisée lors de travaux précédents à proximité du câble, un vieillissement prématuré ou un défaut de confection de boite de jonction. Les agents peuvent alors réparer les câbles; les techniques de pointe de reconstitution de l’enveloppe du câble par des jonctions rétractables à froid sont plus fiables et surtout plus rapides que les anciennes techniques.

Sécurité : le bon équipement, les bons gestes

Tout travail sur l’électricité est dangereux, a fortiori le dépannage. L’objectif des professionnels est d’éviter tout contact, qu’il soit direct ou indirect, avec des pièces nues sous tension ou mises accidentellement sous tension. Chaque année, EDT ENGIE investit dans la formation de ses équipes pour la prévention du risque électrique, mais aussi dans un équipement et un matériel de pointe.

Métier dépannage 3

      

  Portrait patrick TUA

Patrick TUUA, dépanneur par nature

Dès le premier regard, le client se sent en confiance avec Patrick, tant il émane de lui un mélange de calme et de compétence. Voilà 33 ans que Patrick répare et dépanne toutes sortes d’installations électriques sans jamais se lasser de son métier de dépanneur.

Son caractère le destinait très jeune à faire un métier technique : une grande curiosité, une volonté de comprendre « comment ça marche » et une patience extrême. Après un BEP électromécanique, Patrick commence sa carrière à la CG2E Alstom en 1983. Il est amené à réparer des groupes électrogènes, notamment à Moruroa. Aussi, quand en 1989 sa femme a une proposition de travail à Taha’a, son île d’origine, fort de son expérience de 6 années ,il la suit sans crainte d’être au chômage. Il faut dire que « l’île vanille » possède à l’époque deux groupes à Patio et Ha’amene. Sa compétence va effectivement lui permettre de travailler rapidement en sous-traitant à l’entretien des groupes, puis à l’installation d’une nouvelle centrale inaugurée en 1991 par la société Electra.

Le savoir-faire n’est pas la seule qualité de Patrick, sa gentillesse et sa disponibilité en font un collègue très apprécié, aussi en 1995, Electra lui propose de l’engager comme agent d’exploitation.

Très concernés par les études de leurs trois enfants, Patrick et sa femme décident de revenir sur Tahiti en 2006 pour être près des lycées et de l’université. Il intègre alors une équipe du service dépannage à Puurai. Aujourd’hui son fils aîné est devenu gendarme mobile, son cadet a obtenu un bac pro de soudeur et est à la recherche d’un emploi, quant à sa fille, elle fait des études d’Histoire Géo à l’UPF pour devenir professeur.

À 53 ans, Patrick a été nommé chef d’équipe. Lorsqu’on lui demande comment il réagit face à une panne complexe, il répond qu’il ne prend jamais de décision sans être certain de la finalité de la réparation et, en bon manager, il écoute tous les membres de l’équipe, car chacun apporte son point de vue : « C’est toujours intéressant de partager les informations pour la résolution d’un problème. ».

C’est d’ailleurs le message qu’il délivre aux jeunes qui arrivent sur le marché du travail : « Partagez et écoutez vos collègues, surtout les anciens. Soyez curieux de tout. La musique sur les oreilles c’est bien pour se détendre, mais parfois ça vous isole des autres. Pour qu’une équipe soit efficace, c’est comme dans le sport, il faut de la cohésion et un même objectif. Pour nous l’objectif c’est de dépanner le client, au mieux et au plus vite. ».

Comments are closed